• 1200 x 200 Livefoot.fr

Mercato : L’avenir de Yannick Bolasie dans le flou total !

A deux semaines de la fermeture des portes du marché des transferts, l’avenir de Yannick Yala Bolasie ne se dessine toujours pas. L’ailier international congolais, étant annoncé, sur le départ n’a toujours pas trouvé le bout du tunnel. Il n’a pas été du voyage avec Everton lors de la 1ère journée du championnat à Wolverhampton.

Arrivé en fanfare du côté d’Everton à l’été 2016 contre un chèque de 30 millions d’Euro, le virevoltant et puissant attaquant congolais avait connu un passage fructueux à Crystal Palace où il a émerveillé et électrisé le championnat avec des gestes spectaculaires venus d’ailleurs.

Gravement blessé au genou en fin 2016 lors d’une rencontre du championnat contre Manchester United, Bolasie a, durant une année, été éloignée de la pelouse, manquant la Coupe d’Afrique de Nations avec les léopards et la fin de saison avec son club mais également la moitié de l’exercice 2017-2018. Après cette longue durée d’absence, il n’a toujours pas retrouvé son meilleur niveau et le club a jugé bon de se passer de lui cette saison. Son nom est cité avec insistance du côté de Burnley (D1 Angleterre), Middlesbrough (D2 Angleterre) et Fenerbahçe (D1 Turquie). Son ancien club, Crystal Palace a sollicité également son prêt.

Fonseca Mansianga

CAF-C1 : Sétif et Mazembe s’affronteront pour la 8ème fois en 8 ans

L’Entente Sportive Sétif sera l’hôte du Tout Puissant Mazembe, le vendredi 17 août, au stade du 8 mai 1945. Cette rencontre s’inscrit pour le compte de la 5ème journée de la phase des groupes de la Ligue des champions de la CAF. Avec 10 points dans son escarcelle, le Tp Mazembe, qui pointe pour le moment à la 1ère place du groupe B, a d’ores et déjà assuré sa qualification en quart de finale depuis la 4ème journée. A l’opposé, l’Es Sétif pourrait quitter la compétition dès cette 5ème journée. En effet, la formation algérienne, qui compte 4 Points (3ème) devra éviter une défaite accouplée d’une victoire de Mc Alger (5 points, 2ème) sur la pelouse de Difaa El Jadida (2 points, 4ème).

Par ailleurs, ce sera la huitième confrontation en huit ans, soit depuis 2010 entre l’Es Sétif et le Tout Puissant Mazembe. Sur les sept rencontres déjà discutées, ce sont les « Corbeaux » de Lubumbashi qui mènent la danse avec 3 victoires contre 1 défaite puis 3 matches nuls. La première double confrontation entre les deux formations a lieu en 2010, comptant pour la phase des groupes (quarts de finale) de la Ligue des champions. Au match aller, le 1er août à Lubumbashi, le Tp Mazembe (futur vainqueur de l’épreuve) a été tenu en échec (2-2), avant d’aller imposer un nouveau match nul sans but à Sétif le 19 septembre. Hugues Bédi Mbenza et Trésor Mputu Mabi marquaient pour le Tp Mazembe alors que Nabil Hemani signait un doublé pour l’Es Sétif.

Trois ans plus tard, Algériens et Congolais se sont à nouveau retrouvés en phase des groupes (quarts de finale).Cette fois, c’était en Coupe de la Confédération de la CAF. Au match aller en déplacement, le 19 juillet, le Tp Mazembe a réussi à ramener un match nul (1-1), avant de s’imposer (4-2) au match retour, le 14 septembre à Lubumbashi. ce qui constitue la première victoire des "Corbeaux" face à l’Es Sétif.

En 2014, les deux clubs se sont retrouvés à l’étape des demi-finales de la Ligue des champions de la CAF. A cette occasion, la formation algérienne (future vainqueur de l’épreuve) a signé sa première victoire face au Tp Mazembe (2-1) lors de la manche aller. Au match retour, le Tp MAazembe s’était imposé (3-2) mais a naturellement était éliminé.

La 7ème rencontre de la série s’est déroulée le 5 mai dernier. C’était à l’occasion de la 1ère journée de la phase des poules (huitièmes de finale) de la Ligue des champions 2018. Le Tp Mazembe l’a emporté (4-1) à Lubumbashi, avec au passage un doublé de Ben Malango Ngita.

Pour rappel, le Tp Mazembe s’est entièrement préparé en Algérie pour cette rencontre. Faute de championnat, qui a récemment pris fin sur le plan local, les hommes du coach Pamphile Mihayo ont livré quelques matches amicaux prometteurs sur place.

Japhet Toko

JAJ-Alger 2018 : Rapatriement des 41 personnes bloquées…A qui la faute ?

La République Démocratique du Congo (RDC) a pris part à la 3ème édition des Jeux Africains de la Jeunesse qui se sont déroulés à Alger, la capitale de l’Algérie du 18 au 28 juillet. La délégation congolaise a terminé à la 12ème position au classement général des nations avec 12 médailles soit 2 en or, 2 argent et 8 en bronze. La moisson aurait pu être abondante si certaines disciplines, comme le football, n’étaient pas arrivées en retard écopant des forfaits tout simplement.

Mais cependant,  il s’est après posé un très sérieux souci concernant le rapatriement de la délégation à Kinshasa. En effet, depuis la fin des Jeux, 41 personnes, athlètes et encadreurs techniques venus du pays, sont restés bloqués à Alger dans des conditions très difficiles et à peine supportables. Après 12 jours de calvaire, 5 personnes dont 3 athlètes et 2 entraineurs, ont regagné le pays le jeudi 9 août et les autres vont suivre par après.

« Vous connaissez les conditions dans lesquelles nous avons fait voyager les athlètes. La première partie de la délégation est arrivée sur place parce que nous avons de bonnes relations avec les agences de voyage, les fonds destinés à cette mission n’étant pas encore décaissés. Nous avons réussi à trouver des places pour l’aller avec Royale Air Maroc (RMA) mais pour le retour, c’était difficile avec la saison haute. Mais les billets ne pouvaient pas être émis sans la date de retour parce que personne ne résidant en Algérie. Le directeur de l’agence nous a recommandé de mettre la date du 28 août. La compagnie cherchait déjà des places pour le retour mais il se fait qui a, en ce moment une grève à RMA, ce qui a posé tous ces problèmes », a expliqué Marcel-Amos Mbayo Kitenge, le président du Comité Olympique Congolais lors d’une conférence de presse organisée à Kinshasa.

De leur côté, bien qu’ils sont contents d’avoir touché à nouveau le sol de leur pays, il n’en demeure pas moins que les intéressés sont, bien évidemment, très touchés et affectés par les conditions dans lesquelles ils ont vécu à Alger.

« Les organisateurs nous avaient prévenus qu’après le 28 juillet, le restaurant sera fermé. Nous ne vivions qu’en prenant des boissons sucrées et des pains. C’était ainsi tous les jours. Mais ils nous ont quand même accordé un sursis par rapport au logement. Mais cependant, ils venaient nous interroger quand est-ce nous allions libérés le lieu. C’était tout le temps soit la police ou les services des renseignements. Cela commençait à devenir extrêmement gênant et nous avons appelé le président Mbayo pour lui tenir informé de la situation. On commençait à nous couper l’eau de 8 heures à 20 heures. Nous étions devenus comme nécessiteux », a déclaré Richard Lofalanga, l’entraineur national de Tennis.

Pour sa part, Alisson Mumbere, léopards de moins de 17 ans, est très inquiet de la situation psychologique de ses coéquipiers qui commencent à manifester des envies d’aller voir ailleurs.

« Les conditions de vie étaient difficiles. Nous n’arrivions même pas à manger deux fois dans la journée. Surtout pour nous les athlètes, nous ne faisions rien. Si nous ne dormions pas, nous étions débout. Les primes sont arrivées quand même. C’est encourageant mais elles peuvent être améliorées pour nous motiver davantage. J’ai laissé mes coéquipiers de l’autre côté. Ils sont vraiment abattus. Ils commencent à avoir des envies de changer de nationalité. Ce qui n’est pas bien ».

Au-delà de tout ceci, des questionnements importants méritent d’être posés au regard de tous ces éléments. Pourquoi participer à une compétition qui n’était pas budgétisée quand nous savons comment fonctionne la chaine des dépenses en RDC? Mais bien que n’ayant pas été budgétisée, les fonds ont été décaissés tout de même du trésor public. A combien s’élève cette somme ? Qui l’a géré ? A qui a-t-on remis la somme destinée pour l’achat des équipements ? Tant des questions qui trouveront peut-être des réponses un jour…souhaitons-le lors de l’évaluation de cette compétition.

Pour le président du COC, le problème ne s’est jamais posé au niveau du ministère des sports. Les membres du COC ont leur part de responsabilité.

« Je ne sais pas sur quel point on accuserait le ministre des sports. Au niveau du Comité Olympique, nous avons également notre part de responsabilité. Il faut savoir que ces jeux n’étaient pas budgétisés. Nous avons fait le forcing pour que les athlètes y prennent part. J’avais demandé à mon intérimaire et au secrétaire général de préparer l’ordre de mission des participants ainsi que les états des sommes qui seraient expédié au  niveau du ministère parce que la plupart des athlètes n’avaient pas des passeports et étaient des mineurs. Il s’est posé un problème au niveau ministère. La liste transmise était signé par le secrétaire général et le ministre a refusé de la valider. Tout est parti de là mais nous nous sommes réunis pour harmoniser et l’ordre de mission a été signé par la suite », a-t-il dit lors de la même conférence de presse.

Nous pouvons le constater aisément maintenant avec ces propos que le Comité dirigeant du COC fait l’objet des dissensions internes à sujet de la gestion de cette 3ème édition des Jeux Africains de la Jeunesse. N’allons-nous pas vers une autre crise dans ce COC qui risque de l’ébranler à nouveau ? L’avenir nous dira certainement davantage.

Michel TOBO

Linafoot : Maniema Union payera-t-il l’amende de 20.000$ ?

La Ligue Nationale de Football (Linafoot) a durement frappé l'AS Maniema Union en lui infligeant non seulement un forfait mais aussi une amende correctionnelle de 20.000$ et en la sommant de réparer tout ce qui a eu comme dégâts au stade. Cela fait suite aux graves incidents intervenus en fin de match qui l’a mis aux prises avec Sa Majesté Sanga Balende de Mbuji-Mayi, le lundi 30 avril à Kindu.

Au-delà de ce fait, le gros souci restera bien entendu cette amende importante que la formation de Kindu doit payer pour espérer reprendre la compétition. L’on se souviendra que la saison dernière, le FC Renaissance du Congo avait connu une situation presque similaire où les installations du stade des Martyrs avaient subi des dégâts importants ; mais jusqu’aujourd’hui, la formation « Renaise », bien que sommée de payer cette amende, n’a pas été inquiétée outre mesure et a terminé le championnat ayant bénéficié d’une mesure de grâce de la Fédération Congolaise de Football Association (Fécofa). La question qui se pose maintenant avec acuité, c’est celle de savoir si la formation du chef-lieu du Maniema ne brandira pas ce cas de jurisprudence pour échapper à payer cette grosse somme.

Les autorités fédérales et de la Linafoot risquent d’être rattrapées par leurs propres décisions qui peuvent faire resurgir de mauvais souvenirs des cas d’impunité sur certains actes commis par des clubs, des joueurs ou autres acteurs œuvrant dans ce secteur.

Michel TOBO

Dcmp : Un retour douloureux en Afrique

Le Daring Club Motema Pembe (Dcmp) ne jouera pas les barrages de la Coupe de la Confédération. Les Immaculés ont été sortis par la modeste formation équato-guinéenne du Deportivo Niefang (1-2 scores cumulés).

La formation entrainée par Otis Ngoma Kondi s’est butée devant la résistance de cette formation pas très connue de la scène footballistique africaine mais qui aura su proposer une tactique imparable posant énormément de difficultés aux congolais. Ces derniers n’ont jamais pu trouver la faille  sur l’ensemble de deux rencontres.

Le Dcmp fait un début de saison plus que satisfaisant en termes des résultats qui sont assez encourageant. C’est l’une de deux équipes, avec le TP Mazembe, qui n’a pas encore concédé le moindre revers. Mais cependant, d’aucuns ne trouvaient, dans le plan de jeu mise en place par le staff technique, quelque chose de convainquant, et cela se remarquait avec les critiques plutôt dures de la part des supporteurs.

Cinq ans après leur dernière participation en Compétitions africaines, le retour a été plutôt mouvementé et, de ce côté, on n’a pas pu saisir cette chance de revenir pour faire bonne impression.

Beaucoup de choses se sont dites en rapport avec la gestion de cette double confrontation, surtout la première, et qui ont peut-être coûté la qualification aux Immaculés.

Michel TOBO

Tanzanie-RDC : Kabongo Kasongo appelé en renfort…Focus sur ce vrai champion !

Les Léopards de la République Démocratique du Congo (RDC) livreront un match amical international ce 27 mars contre les Taifa Stars de la Tanzanie à Dar-Es-Salam. Et en prélude cette rencontre de la journée FIFA, le sélectionneur national des Léopards, Jean Florent Ibenge Ikwange, a appelé en renfort Kabongo Kasongo, pour pallier aux désistements des certains joueurs qui figuraient sur la première liste de 26 noms.

Focus sur ce virevoltant attaquant de Zamalek du Caire (Egypte)

Kinshasa, Conakry (Guinée)…

Né à Kinshasa le 18 juillet 1994, Kabongo Kasongo, est un avant-centre de formation. C’est dans le club de Patronage de la commune de Kasa-Vubu (3ème division) qu’il a forgé son chemin. Il va ensuite passer une très belle saison au FC Aida (2ème division) ponctuée par une montée en 1ère division à l'EUFKIN-Malebo. De quoi attirer les yeux doux des Guinéens de l’As Kalhoum qu’ils avaient repéré en 2013. Durant ses 3 saisons et demie passées au sein de cette formation de Conakry, Kabongo Kasongo s’est révélé avec une efficacité incroyable devant le but. Colosse, combatif, bon dans le jeu aérien que sur le sol, le natif de Kinshasa posera ses valises en 2016 en Egypte plus précisément à ITTIHAD CLUB.

L’Égypte lui va aussi

Arrivé en petit prince à Alexandrie, Kabongo ne traînera pas à démontrer ses qualités offensives. Au terme de la saison, il plante 13 buts et délivre 3 passes en 24 matches. Des prestations qui ne sont passées inaperçues du côté de la capitale Egyptienne, le Caire. Puis qu’en juin 2017, Zamalek arrache sa signature alors qu’il était sous contrat jusqu’en 2019 avec le club d’Ittihad d’Alexandrie. En décembre 2017, il a été désigné comme meilleur joueur étranger et meilleur avant-centre de la saison 2016-2017. Il compte 12 réalisations (9 en championnat, 2 en coupe nationale et 1 en coupe de la confédération) cette saison avec le club Cairote, avec lequel il est également engagé en Coupe de la Confédération. Défait au match aller des 16èmes de finale par Wolaitta Dicha d’Ethiopie (2-1), Zamalek reçoit au match retour ce dimanche 18 mars.

Les léopards dans son cœur…Entre lui et Ibenge, des vieilles amitiés

Lors d’une interview exclusive accordée à FOOT.CD, le 6 avril 2017, l’attaquant s’était montré disponible à servir sa nation. Il a avait confirmé qu’ils se connaissaient parfaitement avec le sélectionneur national, Jean Florent Ibenge Ikwange.

 

Fonseca Mansianga

Tanzanie-RDC : Imbula, Tshibola,…Quid sur ces deux visages convoqués !

La Tanzanie et la République Démocratique du Congo (RDC) s’affronteront le mardi 27 mars à Dar-Es-Salaam en match amical international. Pour ce faire, le sélectionneur national des Léopards, Jean-Florent Ibenge Ikwange, a dévoilé les noms de ses 26 élus.

Sur cette liste, on peut apercevoir la réapparition de noms de Giannelli Imbula Wanga et Aaron Tshibola.

Quid sur ces deux milieux du terrain déjà présélectionnés autre fois

Né le 12 septembre 1992 à Vilvorde en Belgique, Giannelli Imbula Wanga est un milieu du terrain évoluant au FC Toulouse. Pur gauché, formé à Guingamp, Imbula avait sorti une saison 2012-2013 éclaboussante avec l’équipe bretonne en ligue 2 ponctuée avec une montée en Ligue 1 et un trophée de meilleur joueur de la saison. Acquis par Marseille contre un chèque de près de 10 Millions d’Euros, la saison suivante, le milieu relayeur avait également épaté au point d’attirer le FC Porto (Portugal) a déboursé une somme de 20 Millions d’Euros au mercato estival 2015 pour un contrat de 5 ans. Il n’aura passé que 6 petits mois au Portugal avant de débarquer en hiver 2016 à Stoke City pour un montant de 25 Millions d’Euros avant justement de faire son retour en France et d’atterrir sous forme de prêt à Toulouse à l’été 2017. Présélectionné en 2012 avec l’entraineur Claude le Roy et en 2015 avec Jean-Florent Ibenge Ikwange, Giannelli Imbula Wanga, qui a évolué avec les équipes de moins de 20 et 23 ans de la France ne s’est jamais montré favorable à jouer avec la nation de son père. Il faut noter par ailleurs qu’il est sélectionnable aussi avec la Belgique, de part sa naissance et avec le Congo Brazzaville, de part sa maman.

L'autre, prêté par Aston Villa (Angleterre) à Kilmarnock (Ecosse) en janvier 2018, Aaron Tshibola est un vrai voyageur. Le médian défensif, formé à Reading (Angleterre), a côtoyé 5 formations depuis ses débuts en carrière professionnelle en 2013. Il est passé, tour à tour, par Reading, Hartlepool, Aston Villa, Nottingham Forest, Milton Keynes Dons. Né à Newham en Angleterre, le 2 janvier 1995, Tshibola a connu une sélection avec les moins de 18 ans d’Angleterre en 2013. Il n’avait pas répondu à la convocation de la RDC pour livrer le match amical international de mars 2017, contre le Kenya à Nairobi.

Ci-dessous la liste de 26 joueurs :

Gardiens : Parfait Mandanda, Joël Kiassumbua et Ley Matampi.

Défenseurs : Djos Issama Mpeko, Jordan Ikoko, Frabrice Nsakala, Glody Ngonda Muzinga, Arthur Masuaku, Chancel Mbemba Mangulu, Wilfred Moke, Yannick Bangala Litombo et Christian Luyindama Nekadio.

Milieux du terrain : Youssouf Chafiq Mulumbu Ngandu, Chikito Lema Mabidi, Neeskens Kebano, Giannelli Imbula Wanga, Jacques Maghoma, Gael Kakuta, Paul-José Mpoku Ebunge et Aaron Tshibola.

Attaquants : Yannick Yala Bolasie, Junior Kabananga Kalonji, Firmin Mubele Ndombe, Cédric Bakambu, Benik Tunani Afobe et Britt Assombalanga.

Fonseca Mansianga

CAF-C2 / DCMP-D.Niefang (1-1) : Des joueurs émoussés, Otis Ngoma dépassé, vitres brisées !

Disputes avant, tensions pendant et casses à la fin, les supporteurs du DC Motema pembe ont affiché un comportement pas trop exemplaire le mardi 6 mars au stade des Martyrs de la Pentecôte, lors de la rencontre de leur formation face à Deportivo Niefang de la Guinée Equatoriale (1-1), comptant pour le match aller des 16èmes de finale de la 15ème Coupe de la Confédération.

Mais pourquoi ? Récit des faits !

Des querelles d’avant ont resurgi avant le coup d’envoi de la rencontre entre les supporteurs regroupés dans les sections dont certains sont divisés sur la gestion quotidienne du club par la grande commission des supporteurs et même de certaines décisions du comité de direction.

Sur l’aire de jeu, des joueurs émoussés, Otis Ngoma dépassé par le déroulement de l’évènement

Entré de plain-pied dans cette rencontre, l’équipe du DCMP qui a débuté dans un schéma tactique adopté depuis un certain temps par l’entraîneur Otis Ngoma Kondi, le 4-3-3 pointe haute qui s'est mué en 4-2-3-1 de par son animation, n’aura tenu que 25 minutes devant le même schéma proposé en face par le jeune entraîneur équato-guinéen, Severino Besikurondo, après le but de Dago Tshimbamba Samu à la 21ème minute à la suite du quatrième corner du team vert et blanc kinois mal défendu par Deportivo Niefang. Après ce moment d’observation, les jaune et bleu ont commencé à accélérer le jeu avec des récupérations basses enchaînées par des transitions rapides et attaques placées derrière le dos d’une défense attentiste du DCMP jusqu’à obtenir l’égalisation sur une très belle phase de jeu à la 35ème minute par le Malien Zoumana Sidibé, parti à la limite du hors-jeu pour effacer d’un crochet extérieur le gardien Barel Mouko avant de marquer dans une cage vide.

L’entrée précipitée de Patou Kabangu, un ancien du TP Mazembe, à la place de Serbie Alongo Ndombe en première période, a semblé donner un peu plus de percussions sur les côtés à une équipe du DCMP qui en manquait malgré l’espoir mis sur un Francis Kazadi Kasengu, décevant, bloqué par les latéraux de l’équipe adverse. La paire Doxa Gikanji-Tamla Ladji, étouffée dans l'entrejeu, a manqué de créativité devant un regroupement et un pressing impressionnant des Equato-guinéens qui n’ont laissé le moindre espace à un Ricky Tulengi Sindani diminué depuis le début de la saison. Face à cette équation du club de Niefang, Otis Ngoma, dépassé par les événements, a non seulement opéré des changements tactiques surprenants notamment en reculant son buteur d’un cran en dessous en seconde période pour replacer l’ailier Kazadi en pointe et passer en 4-4-2 alors qu’il possédait quelques atouts sur son banc. Il a ainsi été rattrapé par les faits lui reprocher en championnat national bien que l’équipe ait fini leader de sa zone.

Des vitres de la porte d’entrée vers les bureaux administratifs des directions du Secrétariat général aux Sports brisés

En colère contre leur entraîneur, les supporteurs des Immaculés, en hurlant, ont forcé l’entrée de la porte qui mène vers la salle de conférences et ont brisé les vitres avant d’être maîtrisés par les stadiers et les services de l’ordre.

Fonseca Mansianga

CAF-C2 : 7 championnats, 8 Coupes, 2 Super Coupes, l’USM Alger c’est aussi une finaliste de la C1

L’Union Sportive Médina d’Alger (USM Alger) est le club que l’As Maniema Union de Kindu affronte en 16èmes de finale de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF). La rencontre aller se joue ce mercredi 7 mars à Kindu et le retour 9 jours plus tard à Alger.

Fondée le 5 juillet 1937 sous le nom de l’Union Musulmane Algéroise, le club d’Alger a ensuite était baptisé Union Sportive Kahraba durant 10 années (1977-1987) avant de porter un autre nom, celui de l’Union d’Alger (1987-1989) pour finalement opté pour l’actuelle appellation de l’Union Sportive Medina d’Alger.

Du haut de ses 81 ans d’existence, l’USM Alger a gagné à 7 reprises le championnat d’élite algérien, 8 fois la Coupe nationale et 2 fois la Super Coupe. Les grands regrets par contre pour les Usmistes, du nom des supporteurs, reste ce palmarès vierge sur le plan continental en dépit d’une présence assez fréquente. Le club algérien avait perdu l’unique finale des interclubs disputée en 2015 face au TP Mazembe en Ligue des Champions. Contraint de ne pas jouer cette finale dans son antre d’Omar Hamadi qui ne contient que 12.000 places, les rouge et noir avaient reçu une belle claque des corbeaux Lushois qui l’avaient emporté en aller tout comme au retour. Deux buts à un au stade du 5 juillet 1962 d’Alger qui est la plus grande enceinte du pays et deux buts à zéro à Lubumbashi au stade TP Mazembe.

Troisième au tableau de classement du championnat algérien avec 35 points après 22 journées, l’USM Alger est arrivée ce lundi 5 mars dans les petites heures de la matinée à Kinshasa avant de rallier la Ville de Kindu. Elle se déplace avec une toute petite forme puis qu’elle n’a remporté qu’une seule rencontre sur les 4 dernières mais reste toujours dangereuse au vue de son expérience sur la scène africaine.

Fonseca Mansianga

 

Standard Liège : Avec ses 4 buts, Luyindama nage dans le bonheur

Auteur du deuxième but égalisateur d’une tête piquée décroisé, le samedi 3 mars lors de la victoire de son club, le Standard de Liège contre Malines (3-2), le défenseur axial international congolais, Christian Luyindama Nekadio a fait la passe de quatre buts en championnat, devenant au passage le deuxième meilleur buteur du club derrière son compatriote, le médian Offensif Paul-José Mpoku qui en compte cinq et ex-æquo avec le milieu du terrain Roumain Razvan Gabriel Marin.

Arrivé en prêt avec option d'achat au mercato d’hiver de 2017 en provenance du TP Mazembe en compagnie de ses deux autres compatriotes, Merveille Bope Bokadi et Jonathan Bolingi Mpangi, l’ancien joueur du Daring Club Motema Pembe (DCMP) a pu imposer sa puissance athlétique dans une charnière centrale passive et décriante des Rouches devant l’une des pièces maîtresses des Liégeois et du dispositif tactique de l’entraîneur Portugais, Sa Pinto. Présent dans le duel aérien, très dangereux dans les coups de pied arrêtés, le surnommé « Limbombe » a eu le plaisir de s’offrir un doublé dans le derby de la Belgique face à Anderlecht avec un but marqué d’une retournée acrobatique. Sans nul doute le joueur, passé par Sa Majesté Sanga Balende, n’a pas perdu ses réflexes offensifs qu’il avait démontrés chez les Corbeaux Lushois quand il fût à un certain moment utilisé comme avant-centre.

Sous les projecteurs des quelques écuries européennes, le Standard de Liège avait levé son option d’achat en juillet 2017 et poursuit des négociations pour lui faire signer un nouveau bail.

Fonseca Mansianga

Send this to a friend