• 1200 x 200 Livefoot.fr

RDC-TOGO : Les 4 clés du match – Instant Bellini

Notre consultant Joshua Bellini jette son regard d'ancien football et surtout d'analyse sur le match RDC-Togo, comptant pour la dernière journée de la phase des groupes de la CAN 2017.

Il y aura du suspens jusqu'au bout. En cas d'égalité entre les deux équipes, le vainqueur de la confrontation directe est qualifié. Une grande partie de la préparation devait se baser sur le mental des joueurs, en plus de la fatigue accumulée depuis le début de la compétition.

Les clés du match

  1. Le Togo n'a pas la pression. Les éperviers n'ont plus rien à perdre. Ils donneront tout pour gagner. Connaissant Claude le Roy, il ne demandera pas à son équipe de se livrer totalement à la première période. Il restera patient et essaiera de profiter des phases arrêtées, des erreurs de nos défenseurs. Il sait que la RDC est forte en contrattaque. Il ne se livrera pas, il attendra. La RDC sait qu’un nul sera à son avantage. Elle attendra aussi, mais il faudra préserver les efforts parce que la deuxième mi-temps sera lourde.
  2. Claude le Roy était présent au stade et a certainement pris des notes. Il a vu nos faiblesses. Il sait que la RDC accuse un coup de fatigue, des problèmes de fraicheur sont viibles. Il sait que nous négocions mal les phases arrêtées. Il sait aussi qu’Ibenge joue toujours en 4-3-3. La RDC devra lancer du sang neuf. Le marquage individuel est à la base de la fatigue. Proposer un marquage en zone et changer de système nous ferait du bien. Il faudra éviter de commettre des fautes près de la surface de réparation et éviter les coups francs inutiles.
  3. Tout comme la RDC, le Togo est aussi fort en contrattaque. Ils ont des joueurs très rapides et s’appuient sur Dossevi et Adebayor. Ils peuvent rapidement inquiéter l'axe central. Il suffit de voir les buts marqués lors des leurs deux dernières confrontations face au Maroc. Il faudra jouer avec un milieu axial capable de sauter avec Adebayor et ainsi toujours laisser un défenseur axial libre. Il faudra éviter d'attaquer en désordre et surveiller la densité au milieu du terrain. Nos latéraux devront plus monter sur les ailes pour pousser les attaquants togolais à descendre. De cette façon, ils resteront éloignés de notre surface.
  4. Le Togo techniquement, c'est nul, mais physiquement, c'est costaud. On connait Claude le Roy, il va se baser sur cela. Ceci peut aussi être un désavantage pour eux. L'énergie qu'ils ont laissée face à la Cote d'Ivoire leur a couté cher face au Maroc. Une fois menés au score, ils manquent d'arguments et comme nous, sur les phases arrêtées ils défendent mal. La RDC devra jouer en bloc de la première à la dernière minute. La clé ? Il faudra profiter des erreurs techniques du Togo, monopoliser le ballon et avoir un joueur capable de tirer des coups francs.

Joshua Bellini pour FOOT.CD

 

RDC- Côte d’Ivoire (2-2) : des changements tardifs et erronés –  Instant Bellini

Joshua Bellini, ancien footballeur et analyste sportif, est revenu sur le match des léopards contre les éléphants. S’il a salué la justesse du positionnement tactique et l’attitude des joueurs en première période, notre consultant a été très déçu du second acte.

Explication.

Hier, pendant les premières 45', Ibenge a démontré qu'il n'était pas là par hasard. Il a donné une leçon tactique à Dussuyer.
La RDC a tout simplement bouffé l'animation offensive ivoirienne, grâce à une application exacte des consignes du coach.

1° Kebano s'avançait tout près de Mbokani comme il le fallait et il revenait pour soutenir le milieu.

2° Mubele et Kabananga revenaient au milieu pour aider les deux milieux (Mbemba et Maghoma) et soutenaient les latéraux pour éviter les dédoublements d'Aurier. Et en même temps, ils étaient présents dans la surface de réparation ivoirienne.

3° Dans les 1 VS 1, Ikoko et Issama m'ont tout simplement bluffé. Ils ont gagné presque tous leurs duels et ont été sereins dans la construction du jeu.

4° Mbemba et Maghoma ont apporté le calme et la sérénité avec un marquage strict sur les porteurs du ballon.

5° Tisserand et Bope n'ont pas joué trop bas et ont pris le contrôle des opérations défensives et on a vu même de belles transversales vers Mubele avant le deuxième but.

Conclusion: Grosse première mi-temps digne de la RDC.

Le déluge!!!

L'amour pour la RDC et son football nous rendra toujours aveugle.  Aveugles au point de ne jamais comprendre les signes, au point de ne jamais vouloir entendre les voix qui avertissent.

La deuxième période était difficile et il fallait s'y attendre. Je note des changements tardifs et erronés.

Dès la 55', les signes de la fatigue étaient visibles et toute la discipline tactique anéantie. Kebano ne revenait plus, Kabananga n'arrivait plus à suivre Aurier, Maghoma était cuit physiquement. Mbokani le pauvre n'arrivait plus à lutter avec les deux défenseurs.

Il fallait alors procéder à des changements pour donner un nouvel élan à l'équipe : Mpoku à la place de Kebano, Mulumba à la place de Maghoma et Botaka à la place de Kabananga. La vitesse de Botaka aurait permis à Aurier de ne pas trop monter, la présence de Mpoku nous aurait permis de garder le ballon et de servir Mbokani. Malheureusement Ikoko s'est blessé.

Que vient faire Bolingi sur l'aile? Est-il devenu un ailier? Depuis quand? Pourquoi ne pas passer en 4-4-2 alors?

Qu'avons-nous fait pendant le stage de Mbakomo? Aucune maitrise des balles arrêtées? Nous avons des coups francs, des joueurs avec une belle taille, mais nos corners, coups francs ne sont pas dangereux. Le contraire, notre marquage est honteux pendant les phases arrêtées.

Qui est le préparateur physique de cette équipe nationale? Les joueurs sont cuits après 50' de jeu.

Nous avons compliqué un match qu'on pouvait maitriser du début à la fin. Je suis dans une déception depuis hier. Si le Togo gagne on est éliminés.


Joshua Bellini, pour FOOT.CD

Instant Bellini : les 5 conséquences du braquage à l’italienne opéré par Ibenge

Le braquage à l’italienne réussi par Ibenge est analysé par notre experte Joshua Bellini.

La victoire d'Ibenge n'est pas volée, mais quid de la suite de la compétition? J'ai souvent l'habitude de dire ceci : " Dans tout avantage il y aussi un désavantage. Pour le long terme, ce système ultra-défensif est nocif pour une équipe. Pourquoi?

  1. A force de courir derrière les ballons, on aura des blessures, la fatigue, l'impatience et l'irritation à long terme.
  2. Quand on sait qu'on va jouer défensif, on ne met pas un joueur comme Bakambu sur le terrain. C'est rendre un gros mauvais service au joueur.
  3. Ce système ultra défensif perd toute sa sérénité et sa confiance dès lors qu'on encaisse et qu'on doit courir derrière le score.
  4. Les prochains adversaires voient, apprennent et prennent leurs dispositions en avance. Ils adaptent leur jeu par conséquent.
  5. La manière on s'en fout... mais le minimum dans le football ne ferait du mal à personne. Deux ou trois passes successives rendrait le supporter plus enthousiaste dans les tribunes.

Pour finir, la compétition est encore longue. Ne nous voyons pas trop beaux avec trois points. Il faudra éviter la défaite face à la Cote d'Ivoire pour ne pas stresser devant le Togo. Cette victoire est amère mais elle me fait quand-même du bien. Le lion est tombé dans le piège de l'arbre comme je l'avais prévu...la suite on la connait!

Joshua Bellini

Instant Bellini : Ibenge vs Renard, l’analyse tactique en 5 points

Ma plume est lourde, mon pinceau n'y arrive pas. Comment peindre ce tableau macabre aux amoureux du football? Comment déchanter ou décourager des millions des congolais pris dans cette euphorie?

Le mérite sera vanté mais je ne serai pas hypocrite. Il faut vraiment être congolais de sang pour jubiler et croire en nos chances pour le sacre final.

Le triste spectacle d'hier est un casse-tête pour tout analyste...et le comble dans tout ça c’est qu'une victoire décousue aura toujours raison face à une défaite avec la manière.

Place à l'analyse... en cinq points!

  1. Hervé Renard se présente avec une configuration classique (le 3-5-2). Il va chercher à densifier son milieu avec un grand nombre des joueurs pour garder et faciliter la possession de balle. Pour sa part, Ibenge met en face trois récupérateurs qui bloquent la circulation de balle du côté marocain. Ces médians maghrébins seront obligés de suivre le jeu aérien des congolais. Verdict : Bravo Ibenge !
  2. Hervé Renard verrouille l'axe grâce à ses trois défenseurs centraux pour obliger la RDC à passer par les ailes et isoler Bakambu. De son côté, Ibenge place Bakambu en pointe, seul, isolé avec un petit gabarit. Le garçon est perdu dans la nature puisque les deux ailiers ne sont pas des fins dribbleurs et n'ont pas l'intelligence balle au pied. Verdict : Echec d’Ibenge
  3. Hervé Renard dispose des deux latéraux pour se transformer en milieux et utilisent les ailes en possession de balle. Ces latéraux créeront quelques problèmes à notre défense mais sans réellement créer le danger. Pour sa part, Ibenge fait parler sa science. Le rapport de force est à l'avantage de la RDC qui grâce à son axe central et à ses latéraux arrivent à intercepter les centres et ainsi limiter les dégâts. Verdict : Bravo Ibenge.
  4. Hervé Renard opère un pressing très dense pendant les premières minutes de jeu avec sept joueurs au pressing. Ils récupèrent vite les ballons mais physiquement après une demi-heure de jeu on sent la fatigue. A ce niveau l’échec d’Ibenge est très visible : Pertes rapides de balles, aucun joueur pour garder le ballon et faire reposer l'équipe. Verdict : Echec d’Ibenge avec 31% de possession de balle, 6 Corners contre 1 seul en 1ere mi-temps.
  5. Hervé Renard cherche à utiliser toute la largeur du terrain en essayant de déséquilibrer l'adversaire en altérant combinaisons dans l'axe et utilisation des joueurs lancés sur les ailes. Ibenge répond par un bloc défensif très dense au milieu. Cette configuration va empêcher les marocains de développer leur jeu et les pousse à jouer des longs ballons prévisibles. Verdict : Bravo Ibenge.

Joshua Bellini

CAN 2017 : Remy Ngono célèbre Matampi et crucifie Ibenge

Ngono, célèbre chroniqueur camerounais de Radio France Internationale, a sévèrement critiqué le choix tactique de Florent Ibenge. Il avait souhaité voir Bakambu être associé à Mbokani d’entrée de jeu et n’a pas apprécié la sortie du buteur Kabananga.

Pour Ngono, Ibenge est un petit joueur sur le plan tactique.

« On croyait que Florent IBENGE avait mûri, mais il a prouvé qu'il était petit sur le plan tactique. Avec tous les joueurs qui constituent son effectif, il a sorti un classement de loterie sans meneur de jeu dans un milieu de terrain tanguant tel un vieux bateau dans les vagues marocaines. Alors qu'on croyait qu'il allait associer BAKAMBU à l'expérimenté MBOKANI, il a abandonné ce dernier sur le banc pour laisser le singleton attaquant courir dans le vide tel un chien à qui on demande de sauter 50 mètres pour attraper un os. Et quand IBENGE se rappelle que MBOKANI a été sélectionné pour jouer la CAN, il sort BAKAMBU à la 76 ème minute, pour aller subir le même sort, » a écrit Remy Ngono

.Le chroniqueur n’a pas non plus apprécié le jeu d’Issama qu’il qualifie de bricoleur.

« Quand on regarde tout le potentiel de la RDC, il est incompréhensible qu'on titularise un bricoleur tel ISAMA , un MUBELE qui joue comme Aurlus MABELE ...KABANANGA,auteur du but congolais survenu contre le cours du jeu, a été renvoyé au banc, comme si IBENGE n'était pas content de le voir marquer. Et même quand le Maroc ratait les buts, IBENGE mettait les mains sur la tête comme les supporters et l'entraineur adverses. Heureusement, les LÉOPARDS sortent du piège d"IBENGE grâce au gardien MATAMPI qui a effectué les arrêts miraculeux. »

Et Ibenge de prendre pour son grande :

« Au juste, IBENGE a-t-il des arriérés de salaire comme d'habitude pour venir faire cette grève de coaching? Si IBENGE continue à jouer contre les LÉOPARDS,ils finiront dans la marmite. Comme le dit un proverbe africain: 《quand le berger est mécontent ou malveillant, le bétail finit dans le ravin》.

Vous pouvez suivre les analyses de Remy Ngono sur sa page facebook officielle.

RDC : Les 11 politiciens autant actifs en politique qu’en football

En RDC, entre la politique et le sport, les frontières ne sont pas si étanches, surtout en période électorale. Certaines anciennes gloires qui se sont découvert une vocation des politiques ont appris à leur dépens que le talent et surtout le succès sur un terrain de football n’étaient pas suffisants pour réussir des slaloms ou des retournés acrobatiques en politique. C’est le cas notamment de Makelele ou encore de Kibonge, candidats malheureux aux législatives de 2011. Cependant cette déconvenue n’a pas découragé Robert Kidiaba, Pamphile Mihayo et Jean Kasusula, candidats annoncés aux législatives provinciales. Ces « corbeaux » espèrent ainsi surfer sur leurs succès sportifs pour décrocher des sièges au Parlement un peu comme Romario au Brésil. L’inverse est aussi possible EN RDC. La passion du sport et surtout du sport-roi, le football donc, ainsi que les foules immenses qu’elle traîne ne laisse pas indifférent les hommes politiques. Ils sont nombreux à avoir tenté d’accroître leur popularité en investissant dans les clubs de football. ACTUALITE.CD revient ici sur les 11 politiciens très actifs dans les milieux du football.

André Kimbuta: Membre du conseil des sages de l’A.S. V. Club, le gouverneur de Kinshasa est parmi les donateurs influents aux côtés de Kazadi Tshishimbi et du Général Gabriel Amisi.

  1. Lambert Mende : Ministre de la communication et des médias, Président de CCU, se réclame supporteur du FC Renaissance. Il ne joue aucun rôle officiel au sein du club, mais il est parmi les rares grands donateurs du FC Renaissance qui est aujourd’hui parmi les clubs les plus populaires de Kinshasa.
  2. Wivine Moleka : L’élue de Lukunga est membre d’honneur du FC Renaissance. On se rappelle encore ce 9 octobre 2015 au stade cardinal Malula quand elle avait remis un lot d’équipements sportifs à l’équipe de Pascal Mukuna.
  3. Delly Sesanga : Amateur du tennis, Delly Sesanga est depuis une semaine Président du FC Saint-Luc de Kananga. Il est parmi les rares opposants à diriger un club de l’élite nationale. Président du Parti Envol et de la plateforme Alternance pour la République, Delly Sesanga est à ses débuts sur la planète foot et politique.
  4. Kabange Numbi: Le ministre de la santé prend de l’importance au sein de la Majorité présidentielle. Ça c’est un fait. Pour soutenir le dialogue, il n’a pas hésité à organiser un tournoi dit « de la paix et du dialogue. » De l’entourage, du médecin, on apprend que ce n’est ni le premier ni le dernier acte d’investissement de Kabange Numbi dans le football.
  5. Aubin Minaku : Le Président de l’Assemblée nationale est l’actuel homme fort du DCMP, l’une des grandes équipes du pays. Secrétaire général de la Majorité présidentielle, Aubin Minaku est officiellement « autorité morale » du club champion d’Afrique en 1996. Son arrivée au DCMP a redonné de vie à cette équipe qui tanguait après le départ de Gentini Ngobila et du Français Legarda. Un joueur brésilien et beaucoup de footballeurs africains sont arrivés au club. Ce mercato qui a coûté pas moins de 500.000 USD si on doit cumuler la valeur marchande de chacun des joueurs.
  6. Gabriel Amisi (Bonus) : Le Tout puissant président de l’AS. V. Club de Kinshasa est d’abord Général et chef de la première zone de défense, qui couvre notamment Kinshasa. Son nom apparaît ici parce qu’Amisi joue aussi un rôle politique notamment lors des manifestions de l’opposition.
  7. Faustin Bokonda: Député UDECO, Bokonda, c’est un vrai passionné du football et surtout du FC Lupopo. Sa campagne électorale était quasiment prise en charge par les supporteurs. Bien que député, il partage encore son temps entre Kinshasa et Lubumbashi où il continue à suivre et à présider l’un des deux clubs les plus populaires de l’ex-Katanga.
  8. Moise Katumbi : Sa passion du football n’est pas à démontrer tout comme ses ambitions politiques. Président du TP Mazembe, il a réussi à imposer le vocable président-sponsor dans le jargon du journalisme sportif en RDC. En plus des trophées et des stars africaines, il a fait construire un stade et bâti une académie du football à Lubumbashi. Il fait voyager ses joueurs à bord d’un avion appartenant au club. Katumbi, c’est aussi les affaires. Il refuse parfois de brader certaines de ses stars s’ils n’arrivent pas à les « vendre » au prix fort. Katumbi est également introduit dans le gouvernement mondial du football. Nommé en 2013 comme membre de la commission d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations, Moïse Katumbi a été reconduit en 2015 pour deux années supplémentaires  à ces fonctions lors de la dernière réunion du comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF), tenue au Caire en Egypte. Il est également membre de la commission Stratégique de la FIFA. Candidat déclaré à la présidentielle, Moise Katumbi a notamment bénéficié d’un soutien massif des supporteurs du TP Mazembe chaque fois qu’il se présentait pour se faire auditionner par la justice à Lubumbashi. Certains supporteurs ont payé le prix de ces rapports flous entre politique et sport. Ils se retrouvent en détention.
  9. Zoé Kabila : Député national, homme d’affaires et frère de l’actuel président de la République, Zoé est à la tête du complexe sportif Shark Club et surtout Président du club Shark Club XI. Arrivé à la tête du club en 2009, Zoé a placé cette équipe dans l’élite du football kinois. Avec un budget annuel d’environ 500.000 USD, Shark XI est parvenu notamment à attirer certains grands noms du football et surtout à titiller TP Mazembe et V.Club en championnat national.
  10. Ngoyi Kasanji: Ancien footballeur, il est aujourd’hui président de SM Sanga Balende.  Alphonse Ngoyi Kasanji est aussi gouverneur de la province diamantifère du Kasaï Oriental.  Son équipe est quasiment la seule à toiser le TP Mazembe et l’A.S.V.Club en compétition nationale. SM Sanga Balende a également retrouvé les compétitions africaines grâce notamment à un investissement qui a fait venir des entraîneurs étrangers (dont un français) et des joueurs de qualité. Ngoyi Kasanji fait également construire un stade à Mbuji-Mayi.

Patient LIGODI

 

RDC : ACTUALITE.CD lance FOOT.CD, un média 100% football congolais

Next Corp., la société qui édite ACTUALITE.CD, dévoile son dispositif spécial pour la couverture de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017). Pour sa première CAN, Next Corp veut affirmer son positionnement comme première audience web (pour un pure player) de la République Démocratique du Congo en lançant FOOT.CD

« Dans notre stratégie, nous voulons établir un véritable dialogue entre les dirigeants, les experts et le public, c’est-à-dire jeter un pont entre ces trois sphères, réconcilier le public avec son équipe nationale, sont nos défis », a déclaré Michel Tobo, directeur de publication de FOOT.CD

FOOT.CD a l’ambition d’être la plus grande vitrine de la participation congolaise à la CAN.

«Grâce à un meilleur traitement des big data, notre objectif est de canaliser la majorité des demandes sur la participation des léopards vers ce site », a dit Patient LIGODI, Directeur Général de Next Corp.

Grâce à son déploiement sur place au Gabon, FOOT.CD a l’ambition d’être la première source d’informations sur la participation congolaise à la CAN : photos exclusives, interviews inédites, backstages, etc. On y trouvera également les portraits des 23 léopards et du staff technique.

« Team 241 » : une rédaction éphémère installée au Gabon

Sur place au Gabon, FOOT.CD installera une rédaction éphémère « Team 241 » composée de deux journalistes et qui sera dirigée par Michel Tobo. Team 241 travaillera chaque jour comme une vraie rédaction et produira du contenu sur plusieurs formats scripto-audiovisuels en synergie avec la rédaction centrale à Kinshasa. Entre janvier et février, le dispositif FOOT.CD, deux consultants aussi célèbres qu’experts recrutés par Next corp., qui apporteront une touche plus technique au dispositif.

Avec près d’un millions de visite par mois, ACTUALITE.CD est l’un des trois sites internet 100% congolais les plus visités de la RDC (http://www.alexa.com/topsites/countries/CD). Avec son offre 100% CAN, 100% foot, Next Corp., ambitionne de devenir la première audience web du pays.

Créé en 2016, Next Corp se positionne comme un acteur majeur de la production et de l'édition des contenus pour internet en RDC.

Next Corp, vise à répondre aux besoins du nouveau consommateur des informations, quel que soit le lieu où il se trouve. Next Corp., édite et exploite la marque ACTUALITE.CD, portail de référence des informations politiques, sécuritaires et économiques en RDC. 

Patient LIGODI

Directeur Général

Next Corp.

Send this to a friend