• 1200 x 200 Livefoot.fr

Avec Mihayo, Mazembe est un bloc équipe !

Déjà vainqueur à l’aller (2-1), le Tout Mazembe a remporté pour la 2ème fois consécutive la Coupe de la Confédération le samedi 25 novembre après le match nul vierge de zéro but partout face à SuperSport United FC d’Afrique du sud.

Deux fois vainqueurs de la Ligue des Champions avec les corbeaux de Lubumbashi comme joueur, Pamphile Mihayo Kazembe a profité de tous ces moments passés sur le bancs des Corbeaux aux côtés des entraineurs Français Patrice Carteron et Hubert Velud qui ont respectivement remporté la Ligue des Champions Africaine 2015 et la Coupe de Confédération 2016 pour mieux accueillir de l’expérience qui l’a su bien capitaliser une fois introniser.

Sans défaite, 20 buts marqués, 6 buts encaissés en 14 matches, Mihayo a fait de Mazembe un bloc équipe grâce à ses deux schémas tactiques.

Nommé entraîneur principal du TP Mazembe en avril, en remplacement de l’entraîneur Français Thierry Froger parti à la suite de l’élimination du club en Ligue des Champions contre les zimbabwéens de Cap United FC, Pamphile Mihayo Kazembe a, non seulement, hérité d’une équipe remaniée avec le départ de ses 5 cadres (Merveille Bope, Christian Luyindama, Roger Clavier Assale, Jonathan Bolingi et Thomas Ulimwuengu), mais aussi d’un vestiaire fortement divisé entre anciens et nouveaux joueurs.

Surnommé « Baba » qui signifie homme sage en langue swahili, Mihayo a commencé par réunifier son vestiaire et sans recrutement il a fait confiance aux jeunes comme Ben Malango, Meschak Elia, Miche Mika, Chico Ushindi, Kevin Mondeko, Arsène Zola tout en leurs associant aux expérimentés pour conquérir d’abord le championnat national avec une seule défaite et conserver avec brio la couronne continentale.

Fort de son 4-3-3 classique à domicile et un 4-2-3-1 (4-5-1 dépiécé) à l’extérieur, Mazembe a été simplement indéboulonnable sur n’importe quel terrain africain pendant les sept premiers mois de règne de Mihayo. Entre un secteur défensif rassurant, avec deux portiers internationaux (2 buts encaissés en 10 matches pour l’ivoirien Sylvain Gbohouo et 2 buts encaissés en 4 matches pour Ley Matampi), et une défense associée des expérimentés (Joël Kimwaki, Issama Mpeko, Kabasho Chongo et Jean Kasusula) et des jeunes (Kevin Mondeko et Arsène Zola), un milieu de terrain un peu plus dense composé de Nathan Sinkala, Christian Kouame, Daniel Adjei et Miché Mika, des hommes capables de défendre, presser haut, relancer proprement, se projeter devant, et un secteur offensif avec un Ben Malango en finisseur et en rôle de pivot, Meshack Elia et Solomon Asante en seconde souffle, Adama Traore et Chico Ushindi très percutant sur les couloirs, Mihayo a bâti une équipe qui se redonnait parfaitement de l’équilibre durant ce parcours des gladiateurs malgré les prestations en demi teinte de Rainford Kalaba et Trésor Mputu.

Le Tout Puissant Mazembe va disputer la saison prochaine la Ligue des Champions Africaine grâce à son titre de champion de la République Démocratique du Congo. Mais bien avant il affrontera au mois de février 2018, le vainqueur de la Ligue des Champions 2017, Wydad Athletic de Casablanca pour la Super Coupe d’Afrique.

Fonseca Mansianga

Kazakhstan : 31 matchs, 19 buts, 7 passes décisives… Kabananga établit un nouveau record au Fc Astana

Junior Kabananga Kalonji et le FC Astana ont remporté le championnat pour la 4ème fois consécutive. C’était après leur victoire (2-0), lors de la 33ème et dernière journée de la saison, devant la formation d’Akzhayik. Ils terminent sur le fil avec 79 points. L’attaquant international congolais a inscrit les deux buts de son équipe aux 50ème et 94ème minutes. Ses 18ème et 19ème réalisations de la saison faisant de lui le 2ème meilleur buteur derrière l’Ivoirien G2rard Bi Goua Gohou de Kairat (2ème au classement avec 78 points), qui a fini avec 23 buts.

Arrivé lors de la saison 2014-2015 en provenance du Cercle de Bruges (Belgique), l’ancien joueur du Fc MK et de l'AS Vita Club, tous deux de Kinshasa, a mis du temps pour confirmer son statut de pilier de la formation kazakh. Il avait disputé seulement cinq matchs, entre juin et juillet, inscrivant deux buts pendant les play off pour le titre. La saison suivante, sa situation était presque similaire avec quatre matchs joués pour deux buts marqués et une passe décisive. Il a été même prêté à Karabukspor (Turquie) pendant quelques mois.

La saison 2017 aura été, sans nul doute, la meilleure et la plus complète depuis la date de sa signature, le 15 juin 2015. Kabananga a réussi à démontrer à la face du monde qu’il était un véritable attaquant sur qui son club pouvait compter (son contrat prend fin en décembre 2019). Il a disputé 31 matchs pour un bilan record de 19 buts en championnat et 7 passes décisives (2 buts pour l’instant en Europa League en cours). Il dépasse le Centrafricain Foxi Kethevoama qui avait inscrit 16 buts et délivré 16 passes décisives, lors de la saison 2014.

Pour la petite histoire, anciennement appelé FK Alma-Ata (2004-2009) puis Lokomotiv Astana (2009-2010), le club a pris officiellement l’appellation actuelle du Fc Astana en 2011.

Michel TOBO

Linafoot – 23ème championnat : Vers une autre saison élastique ?

Décriée depuis plusieurs années, la longue période du déroulement du championnat national risque de se répéter encore cette saison.

À voir le calendrier publié le lundi 30 octobre par la Commission de gestion de la Ligue Nationale de Football (LINAFOOT), la première phase du championnat national, qui débutera le 12 novembre, va se clôturer au mois de mars 2018. Près de 5 mois, sans compter les multiples reports des matchs que le championnat connaît pour cause, entre autres, de manque de places dans les compagnies d'aviation, intempéries, matchs internationaux, etc. Et ce ne sera qu'au mois d'avril ou mai 2018 qu'on pourra débuter avec la dernière phase. Si la phase de poules qui regroupe 10 clubs dans les zones Ouest et Centre-Sud et 8 clubs dans la zone Est, prendra pratiquement 5 mois, celle du Play off - avec 12 clubs en lice - le sera en combien de temps ? Ce qui est sûr, c'est le fait que ce ne sera pas moins de 5 mois. Donc on aura encore un championnat à plus de 10 mois.

Si le nombre des matchs pour chaque club sera élevé à 40 pour les qualifiés des zones Ouest et Centre-Sud et 36 pour ceux de la zone Est, ce qui est d'ailleurs bon pour plus de compétitivité, mais ce qui est très alarmant c'est le fait que ce risque de prolongation n'aidera pas les clubs qui jouent jusqu'au bout les compétitions continentales inter-clubs car ils n'auront pas le temps de se reposer.

A titre exemplatif, comme cette année, Mazembe débutera le championnat national le 13 novembre contre Ecofoot avant ses matchs de la finale de la Coupe de la Confédération contre SuperSport United de l'Afrique du Sud (aller le 19 novembre à Lubumbashi et retour le 26 novembre à Pretoria) et, juste après, il renouera avec une nouvelle saison éreintante du championnat.

Fonseca Mansianga

Elim-CM2018: Un brin d’espoir pour la RDC?

Vainqueurs des Chevaliers de la méditeranée sur la marque de 2 buts à 1, le samedi 7 octobre à Monastir (Tunisie), comptant pour la 5ème journée des éliminatoires de la Coupe du monde, Russie 2018, les Léopards sont toujours distancés par les Aigles de Carthage, vainqueurs du Sily national (4-1) à Conakry, dans l'autre opposition du groupe A.

Cette troisième victoire obtenue grâce à Cédric Bakambu et Firmin Mubele, en quatre sorties livrées en déplacement dans ces éliminatoires, n'aura pourtant rien changé dans le classement actuel du groupe. Les Tunisiens large vainqueurs des Guinéens conservent leur 3 points d'avance sur les congolais, et ne sont plus qu'à un point de la Russie. Les hommes de Nabil Maaloul en ont même profité pour soigner au passage leur goal average, qui passe de +4 à +7.

Qu'à cela ne tienne, les Léopards gardent un mince espoir de qualification pour la Russie. Il faudra pour les hommes de Jean Florent Ibenge, une seule alternative, battre la Guinée lors de la 6ème et dernière journée (6 novembre) avec au moins 2 buts d'écart, tout en espérant au même moment une défaite de la Tunisie à domicile face à la Libye.

Une tâche qui s'annonce très difficile, comme l'atteste certains coéquipiers de Chancel Mbemba, à l'instar de Neeskens Kebano, Marcel Tisserand ou encore Chikito Lema, mais pas pour autant impossible.

Le classement à l'issue dela 5ème journée se présente comme suit: 1. Tunisie 13 points +7 2. RDC 10 points +5 3. Guinée 3 points -6 4. Libye 3 points -6

Japhet Toko

Léopards : Et si Moke était le défenseur recherché ?

Avec une attaque rassurante qui empile des buts, la sélection de la République Démocratique du Congo(RDC), souffre d’une fébrilité dans le secteur défensif avec une moyenne de plus d’un but encaissé par match. Depuis la prise de la sélection nationale par Jean Florent Ibenge Ikwange en 2014, on a eu à faire avec plusieurs charnières centrales avec comme toujours les mêmes résultats.
Si la présence de Marcel Tisserand dans la charnière centrale n'appelle pas à un débat, par contre, tous ses compagnons décevaient toujours avec comme reproche, un positionnement très bas et une mauvaise lecture de balle.
Et si Wilfred Moke était le compagnon idéal ?

Le sociétaire de Konyaspor (D1 Turquie) a été très bon lors de sa 1ère titularisation contre la Tunisie (2-2) à Kinshasa lors de la 4ème journée des éliminatoires de la Coupe du monde, Russie 2018 où il a été associé à Merveille Bope et le samedi 7 octobre face aux Chevaliers de la Méditerranée (2-1) à Monastir (Tunisie) avec Marcel Tisserand.

Wilfred Moke présente un profil plus qu’un intéressant, Puissant, Intelligent dans sa lecture du jeu, il nous a aussi démontré sa qualité technique avec des relances assez propres durant ses 2 titularisations d’affilée avec la sélection en l’espace d’un mois.
Un autre bon point pour Wilfred Moke, c’est sa polyvalence, il peut également jouer comme milieu défensif ce qui lui attire également un plus haut pour éviter de défendre très bas. Ce qui peut apparaître un peu bizarre est que Wilfred Moke n’a disputé que 3 matchs officiels avec la sélection, alors qu’il a 29 ans d’âge.
Fonseca Mansianga

Léopards : Retour convainquant pour Chikito Lema !

Titularisé pour la 2ème fois sous l’ère Ibenge, Chikito Lema Mabidi a été d’un apport remarquable dans l’entre jeu des léopards lors de la victoire face aux Chevaliers de la Méditerranée (2-1) ce samedi 7 octobre au stade Mustapha Ben Jannet de Monastir (Tunisie). Le milieu du terrain de Raja de Casablanca a formé une paire comme lors de sa 1ère titularisation avec Jean Florent Ibenge Ikwange (RDC-Cap Vert, CAN 2015) avec Chancel Mbemba Mangulu.

Non convoqué dans la 1ère liste, Chikito Lema Mabidi a profité de la blessure de Jacques Maghoma pour être rappeler et de l’indisponibilité de Merveille Bope pour être aligner d’entré. Comme qui dirait, le malheur des uns fait le bonheur des autres !

Très à l’aise balle au pied, l’ancien joueur de l’AS V.Club a enchaîné passe courte, longue, renversement de jeu, frappe lointaine et pressing sur le porteur de la balle durant toute la rencontre. Si Chikito Lema Mabidi n’avait pas sorti une belle prestation lors de la campagne où les léopards avaient ramené la médaille de bronze (CAN 2O15), par contre, face à la Libye, son rendement a convaincu plus d’un. Une très bonne chose pour lui et surtout que la sélection nationale qui souffre d’une extrême pauvreté au poste de milieu relayeur.

La toute 1ère sélection de Chikito Lema Mabidi avec la sélection nationale a eu lieu sous l'ère du français Claude Le Roy, alors joueur de Shark XI. Il avait été titularisé au côté de Tiko Tsholola face au Cameroun (2-3), le 7 octobre 2011 au stade des Martyrs dans un match comptant pour la qualification à la Coupe d’Afrique des Nations Gabon-Guinée Equatoriale 2012. Sa dernière sélection remonte à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations Guinée Equatoriale 2015.

Après Shark XI, Chikito Lema Mabidi, est passé par l’AS V.Club avec qui il a disputé la finale, de triste mémoire, de la Ligue des champions africaine en 2014 avant d’atterrir chez les tunisiens de Cercle Sportif Sfaxien qui l’ont ensuite vendu après 6 mois du côté de Raja de Casablanca (Maroc) pour 4 saisons.

Fonseca Mansianga

LIBYE-RDC : Un seul succès de la Libye devant la RDC en 8 matchs

Les Léopards dominent les Chevaliers de la Méditerrané en nombre de victoires. Sur les huit dernières confrontations, les Congolais ont trois victoires alors que les Libyens n’ont qu’une seule et quatre autres matches se sont soldés par des nuls.
La toute première confrontation entre la Libye et la RDC remonte au 8 septembre 2002 dans le cadre de la 1ère journée des éliminatoires de la CAN 2004, les Libyens s’étaient imposés par 3 buts contre 2. La seconde avait vu les Congolais dominé les libyens par 2 contre 1 le 22 juin 2003 lors de la 5ème journée des éliminatoires de la CAN TUNISIE 2004 décrochant ainsi le billet pour la phase finale. Congolais et Libyens s’étaient retrouvés de nouveau lors des éliminatoires de la CAN Ghana 2008. Le premier duel s’est soldé par un nul d’un but partout, le 8 octobre 2006 à Tripoli. Un autre nul (1-1) avait sanctionné le match-retour entre les deux nations le 8 septembre 2007. La deuxième victoire des léopards a eu lors de la 1ère édition du Championnat d’Afrique des Nations Côte d’Ivoire 2009 (2-0). Il y a eu encore deux matchs sans vainqueur en éliminatoire de la Coupe du monde Brésil 2014, un score vierge le 24 mars 2013 au stade des martyrs de la pentecôte à Kinshasa et un autre au match retour joué le 7 juin 2013 sur le sol libyen. La dernière rencontre entre les deux sélections remonte au 8 octobre 2016 au stade des Martyrs lors de la 1èrejournée des éliminatoires de la coupe du monde Russie 2018, et la RDC l’avait emporté par un score lourd de 4 buts contre 0.
La rencontre de ce samedi 7 Octobre entre les Chevaliers de la Méditerranée et les léopards comptant pour la 5ème journée des éliminatoires de la Coupe du Monde Russie 2018 sera la 9ème confrontation entre les deux sélections.

Fonseca Mansianga

RDC-TUNISIE (2-2) / Rachid Ghaflaoui : « Le niveau physique a baissé côté Léopards… on ne voyait plus le pressing sur le porteur de ballon »

Rachid Ghaflaoui, l'ex-entraîneur marocain de Sa Majesté Sanga Balande de Mbuji-Mayi, a suivi à la loupe la récente confrontation entre Léopards et Aigles de Carthage (2-2), mardi 5 septembre au stade des Martyrs, comptant pour la qualification à la Coupe du monde-Russie 2018.

Pour le technicien, qui s'est livré à FOOT.CD, la première période était quasi parfaite pour les locaux malheureusement la fraîcheur physique a manqué aux Léopards pendant la seconde partie de la rencontre.

Vous êtes resté fan du football congolais (rires), quelle lecture avez-vous fait après ce match ?
Bons en 1ère mi-temps, les Léopards ont montré un visage offensif tout en dominant le jeu. L'envie et la rage des joueurs étaient très claires, ils sont arrivés à marquer dès les premières minutes par un ballon aérien et là ça se voit qu'ils étaient forts pour gagner ces duels depuis le match aller. Les Tunisiens se sont contentés de bien gérer les contre-attaques, parfois rapides parfois placées mais sans un danger clair.
Selon vous, la seconde période côté Léopards a ressemblé à quoi ?
Les Léopards ont baissé de rythme. Ils n'ont pas profité des erreurs défensives des Tunisiens. Les attaquants se sont précipités et ils ont joué avec un bloc bas tout en laissant le ballon et l'initiative aux adversaires. Sur un contre rapide, les Léopards ont doublé la mise. Les Tunisiens ont commencé après à gagner le deuxième ballon et réagissaient fort. Je vois que le niveau physique a baissé, on ne voyait plus le pressing sur le porteur du ballon.

Peut-on assister à une surprise dans ce groupe d'ici la 6ème journée ?
Rien n'est encore gagné. Ces éliminatoires sont d’un très haut niveau et on gère match par match sans oublier que les Tunisiens ont un petit avantage.

Propos recueillis par Fonseca Mansianga

RDC-TUNISIE (2-2)/Yves Diba: « Le temps de baisse de régime est inévitable dans chaque camp lors d’un match »

Rejoints au score alors qu'ils menaient par deux buts d'écart, les Léopards ont concédé un match nul (2-2) contre leurs adversaires direct à la qualification au Mondial russe, les Aigles de Carthage, le mardi 5 septembre dernier au stade des Martyrs de la Pentecôte amenuisant ainsi leurs chances pour se qualifier à la prochaine grande messe du football planétaire.

Pour l'ancien international congolais Yves Diba Ilunga,qui s'est confié à Foot.cd, c'est la baisse de régime surtout en seconde période qui justifie cette désillusion. Le vainqueur du Championnat d’Afrique des Nations (Chan) en 2009 reste tout de même confiant pour la suite.

Quel est votre aperçu général sur la rencontre ?

Émerveillé par le positionnement haut et l'agressivité des Léopards qui n'ont pas permis aux tunisiens d'arriver à notre grand rectangle en 1ère mi-temps. Le temps de baisse de régime est inévitable dans chaque camp lors d'un match. La maturité individuelle et la notion de bloc d'équipe s'avèrent capitales pour bien gérer le score en ce moment-là.

Après la blessure inattendue de Mbemba, qui était l'homme à tout faire au milieu, le choix de Mulumba était-il justifié?

Il serait plus prudent de miser sur l'impact physique sachant que Maghoma, poumon carburateur en 1ère période, était en baisse de régime et que Mpoku n'est pas du domaine de récupération. Toutefois, à mon humble avis, l'idée de ce changement était d'amener la fraicheur et garder la créativité au milieu de terrain d'autant plus que les Aigles n'arrivaient pas à aligner 5 passes. Ce sont plutôt les remplacements opérés par Nabil Maloul (Ndrl : entraîneur tunisien) qui ont tout bouleversé. Je dis courage à notre staff et sincèrement chapeau bas à Nabil Maaloul et Morad.

Vous êtes optimiste ou pessimiste pour le dernier virage ?

Tout est possible en football. À nous de bien négocier nos deux derniers matchs et voir ce que sera la suite.

Propos recueillis par Fonseca Mansianga

RDC-TUNISIE/Franklin Kimbongila: « La sortie de Mbemba a fragilisé l’axe défensif car il y avait trop d’espaces entre les lignes »

Les analyses fusent de partout après le triste match nul du mardi dernier des Léopards face à leurs homologues tunisiens (2-2) mettant ainsi en mauvaise posture les fauves congolais pour la qualification à la prochaine Coupe du monde en Russie.

Franklin Kimbongila Matezo, l'un des entraîneurs congolais résidant en Europe, pense que c'est la blessure du capitaine du jour Chancel Mbemba qui a fragilisé l'équilibre défensif de l'équipe. Interrogé par FOOT.CD, L'ancien entraîneur du FC Renaissance du Congo évoque également la double facette les léopards dans cette rencontre.

Quelle analyse faites-vous de cette rencontre ?

Je dois d'abord féliciter nos joueurs, le staff technique pour le bon choix des joueurs. C'était parfait les 30 premières minutes du début de match. Et surtout le choix du dispositif 4-3-3 offensif. Le positionnement de Mpoku, Maghoma et de Mbemba était idéal vu la physionomie du match, il fallait faire le jeu. L'animation dans ce système là réside sur notre milieu défensif appelé sentinelle et sur le gros volume de jeu de nos deux milieux offensifs capables d'amener le ballon soit à notre avant-centre ou à nos deux ailiers. Je dois féliciter nos trois joueurs qui étaient positionnés dans ce triangle médian car il y a eu un bon équilibre, beaucoup de complémentarité dans le système entre les trois lignes et cela nous a permis de marquer facilement les 2 buts. Dommage! il y avait moyen de marquer plus malheureusement dans les 20 dernières minutes on avait manqué de rigueur défensive, c'est là ou le bas blesse. On avait laissé pas mal des espaces sur le côté des latéraux dans l'espace laisser libre par nos deux milieux offensifs et surtout dans l'espace interligne entre la ligne de l'axe central précisément dans le dos de notre sentinelle.

Vous confirmez avec moi que c'est la sortie de Mbemba qui est à la base de ce relâchement ?

La sortie de Mbemba a fragilisé l'axe défensif car il y avait trop d'espace entre les lignes. C'est dommage! on aurait dû gagné ce match. Dans les 20 dernières minutes, on aurait dû changé le système plus tôt peut être joué avec 2 milieux défensifs pour mieux cadenasser l'axe.

On mène 2-0, perd Mbemba qui apportait un apport défensif très important, le choix de le remplacer par Mulumba réputé lent et moins combatif était parfait ?

Peut être pas mauvais selon le choix du coach, il voulait peut être continué sur cette équilibre qui fonctionnait déjà bien. Mais moi, j'aurais préféré voir 2 joueurs à vocation défensive dans les 20 dernières minutes pour mieux cadenasser l'axe devant le but.

Comment prévoyez- vous la suite ?

Difficile car il faut espérer que la Guinée batte à domicile la Tunisie ce qui ne sera peut être pas facile et nous devons faire un bon résultat contre la Libye. On a plus notre sort entre nos mains, ça va maintenant dépendre du faux pas de la Tunisie. IN GOD WE TRUST!

Comment jugez- vous l'attitude du public congolais envers sa sélection ?

Nos fans sont formidables, pour moi ce sont les meilleurs supporters au monde. Et je dois remercier les internautes et les journalistes qui font des analyses constructives et je déteste c'est qui sont là pour insulter le staff et nos joueurs. Restons soudés  car l'union fait la force.

Propos recueillis par Fonseca Mansianga

Send this to a friend